Comment bien faire l’amour ? A la portée de tous !

Sep 20, 2021 | Sexualité

Comment bien faire l’amour est une des requêtes les plus tapées dans Google. Et pour cause : entre ceux lucides qui aimeraient s’améliorer et les autres en proie au doute quant à leurs mérites au lit, au final ça fait beaucoup de monde. Et si vous êtes tombé sur cet article, ce n’est certainement pas un hasard.


Pour le sexologue Gérard Leleu, les Français souffrent d’une absence de tradition érotique, entre autre. C’est une des remarques pertinentes qui se trouvent dans son livre : L’Art de bien faire l’amour.


Si l’on remonte loin loin au temps de notre jeunesse (hum), on trouve des explications à ce mal-être sexuel : l’éducation sexuelle d’un ado se caractérise (aujourd’hui encore), par une absence de discours sur l’érotisme, purement et simplement. D’une part parce que le plaisir est toujours un sujet tabou en France et d’autre part, parce que nous n’avons pas de tradition érotique.


En Orient le Kama-Sutra et les statues érotiques font parties du quotidien d’un adolescent alors qu’en France seul le discours de la prévention lui est délivré. Pour Gérard leleu, ce « silence généralisé » prive non seulement un ado de réponses mais avorte aussi ses questions. Sa réflexion sur la sexualité se construit donc au fur et à mesure de ses expériences, c’est-à-dire, lentement.


Des siècles de répression de la vie sexuelle par l’Eglise n’y sont pas étrangers. Ajoutés à une libération sexuelle explosive qui a pendant quelques années saturé nos pupilles d’images érotiques, aujourd’hui le politiquement correct veut que l’on remplace le discours sur l’érotisme par celui sur la prévention.


Reproduction et protection sont donc des thèmes largement abordés en classe ainsi que par la plupart des parents. Mais ce que l’on explique moins, c’est tout ce qui touche à l’érotisme, c’est-à-dire au désir et au plaisir.


Le désir et le plaisir sont deux émotions historiquement rattachées à la honte. Qualifiées de péché par les religions occidentales, elles ont été réprimées pendant des millénaires.


Le péché de chair fort bien connu de l’Eglise catholique (hum) était sévèrement puni car il « détournait l’être de sa quête spirituelle ». A la source de ce péché, bien-entendu, la femme vile tentatrice de ce monde. Gérard Leleu une pointe d’ironie dans le ton, qualifie cette accusation originelle « d’invention la plus géniale des hommes du patriarcat destinée à culpabiliser et à dévaloriser la femme afin de la dominer ».


Le résultat, toujours dressé par notre sexologue : « des millions d’être frustrés, ou pire névrosés »« une absence de traditions érotiques »« une absence de sens de l’activité sexuelle ». [Ici précisons que ce monsieur a près de 80 ans lors de l’écriture de son livre et que malgré une grande ouverture d’esprit par rapport notamment aux sextoys, il ne les apprécient guère ainsi que les films porno. A part cette petite tendance rétro à la diabolisation, son livre est très bien et dans l’air du temps, je vous assure.]


Là où je le rejoins complètement dans ses accusations par rapport au porno, aux magazines féminins et tout ce qui en général donne des techniques pour être plus performant au lit, c’est que « l’activité sexuelle [y est] réduite à des gestes mécaniques ». Ils appauvrissent la sexualité en la vidant de son sens (chosification des corps, des êtres, la performance l’emporte sur la perfection…) et en normalisant sa forme (stéréotypes, manque d’inventivité…).


Tout ça pour quoi : par manque de tradition érotique ! Du coup, notre super grand-père conseille aux adolescentes d’apprendre à se masturber avec un sextoy (c’est une des seules utilisations conseillées) AVANT leur premier rapport, de ne pas tout attendre du prince charmant qui n’en saura certainement pas un et donne des conseils très pratiques aux garçons pour apprendre à déflorer une femme sans lui faire mal. Il assure à 80 piges, non ?


Ces quelques exemples donnés à l’intention des jeunes ne sont pas les seuls. Dans L’Art de bien faire l’amour, Gérard Leleu transmet une base de savoir érotique. Il rétablit ce dialogue qui n’a pas été mis en place à notre époque et finalement, tout grand que l’on est, et tout lecteur de contributions-amateur que nous sommes, ce livre se révèle très intéressant. C’est le genre d’ouvrage d’intérêt public que tout un chacun devrait avoir feuilleté au moins une fois dans sa vie.
En plus, c’est direct sous l’oreiller de nos progénitures dès l’apparition du premier poil pubien !

Le meilleur Oeuf vibrant connecté

Sextoy Lovense Lush 3

Le masturbateur automatique

Masturbateur Fleshlight

Les rencontres coquines

rencontre coquine

Ces articles pourraient vous intéresser :

La position du missionnaire
La position du missionnaire

La position du missionnaire est l'une des positions sexuelles les plus élémentaires. Le terme est apparu à la fin des années 1960 ou au début des années 1970....